đŸ—Łïž TĂ©moignage n° 12

Une histoire personnelle : L'arrĂȘt cardiaque

« Et la vie reprend !

Tout ressemblait Ă  journĂ©e ordinaire de formation đŸ‘šâ€đŸ« : 8 Ă©lĂšves, un groupe sympathique, le plaisir de former/

Nous étions trois groupes donc trois formateurs. Et tout d'un coup, un mouvement de panique nous prend. Nous sortons de nos salles simultanément et nous nous regardons une demi-seconde. Mon collÚgue me dit : "Tu as reçu toi aussi". J'ai à peine le temps de dire "oui" que ça y est, mon autre collÚgue dit aux autres "On a une alerte ne bougez pas, c'est du sérieux". Nous partons en courant, on arrache le défibrillateur à l'entrée et c'est parti !

Je prends l'agent du SAMU au tĂ©lĂ©phone đŸ“± tout en poursuivant ma course. Je lui indique que nous sommes 3 formateurs donc 3 secouristes ⛑ en direction de l'intervention. Il me dit "Je n'ai pas besoin de vous guider, vous savez donc comment rĂ©agir".

Nous arrivons sur place, on voit un proche paniquĂ© et un homme d'une quarantaine d'annĂ©e. Mon collĂšgue commence le massage, le suivant pose le dĂ©fibrillateur. Pendant le premier choc, je prends le relais et je masse pendant 2 minutes ⏱, au second choc c'est mon autre collĂšgue qui prend le relais et la troisiĂšme fois fĂ»t la bonne. Le personne se rĂ©veillĂąt, difficilement certes, son Ă©tat n'Ă©tait pas stable, mais elle n'Ă©tait plus en arrĂȘt cardiaque. Une intervention rĂ©ussie. MĂȘme si nous Ă©tions en tenue, mĂȘme si nous sommes secouristes, mĂȘme si nous avions un dĂ©fibrillateur, nous n'avions pas d'autre matĂ©riel. Les renforts 🧑‍🚒, Ă©quipĂ©s de matĂ©riels, arrivent au bout de 6 minutes et 30 secondes ⏱.

Nous passons le relais d'une victime réveillée et repartons pour reprendre nos formations respectives.

Un Ă©vĂšnement exceptionnel dans notre journĂ©e mais qui peut arriver Ă  n'importe qui. Tout le monde peut agir car cela peut toucher tout le monde ! Ici un homme de 40 ans avec un proche, demain votre voisin de 60 ans, aprĂšs-demain une femme de 20 ans dans la rue. Tout le monde ! Le meilleur moyen c'est d'agir et d'ĂȘtre le premier maillon d'intervention en attendant l'arrivĂ©e des secours car chaque minute compte : 1min c'est 10% de chances se survie en moins. La rĂšgle c'est Alerter, Masser, DĂ©fibriller.

Je suis heureux d'ĂȘtre intervenu vite, sans hĂ©sitation et d'avoir sauvĂ© la vie de cet homme. Je suis heureux de la bonne coopĂ©ration avec mes collĂšgues. Nous nous sommes bien rĂ©partis les rĂŽles car nous connaissons notre travail. Mais je suis encore plus heureux et plus fier de former le grand public pour qu'un maximum de personnes sache rĂ©agir ! đŸ’Ș »


âžĄïž LA LEÇON À RETENIR : toujours intervenir peut sauver une vie !